REMILLY Aubécourt et Dain en Saulnois : Vous êtes au pays du "Joli Fou"

logo du site
  • REMILLY
  • REMILLY
  • REMILLY

Accueil du site > Histoire > Château Rolland Peupion

Château Rolland Peupion

chateau rolland 001 schloss Roland

Le Château Rolland Peupion

Ce château situé sur le haut du village fut construit par la famille ROLLAND vers 1830 contre des dépendances agricoles déjà existantes. (Il ne figure pas sur le plan cadastral du village de Rémilly en 1819) Il est demeuré propriété de la famille ROLLAND jusqu’à la fin du XIXe siècle où il passa par héritage à la famille PEUPION, héritage ayant son origine dans le mariage de Paul ROLLAND avec Anne-Marie PEUPION le 20 mai 1856.

C’est dans ce château qui n’était pas la demeure d’Auguste ROLLAND, que furent assassinés le 16 octobre 1860 l’ancien Conseil Général du canton, Alexis ROLLAND, et son épouse Marie-Catherine GANDAR (c’étaient les parents de Paul ROLLAND)

Un crime affreux. "La vie dans le canton de Pange" Un évènement qui frappa l’imagination populaire fut l’odieux assassinat d’Alexis Rolland, ancien Conseiller Général du canton, et de son épouse née Marie-Catherine GANDAR, dans la nuit du 15 au 16 octobre 1860. La déposition d’un cantonnier qui, entre Tragny et Moncheux, avait remarqué le passage d’un homme à la main blessée et la découverte d’un mouchoir à initiales dans une cabane forestière permirent d’arrêter assez rapidement le coupable.

Nicolas Didier, transfuge bavarois, avait été autrefois au service des Rolland comme cocher, puis était parti à Paris. impliqué dans une affaire de vol, il fut reconduit à la frontière. Mais revenant sur ses pas, il se dirigea vers Rémilly, s’introduisit dans la maison de ses anciens maîtres et les tua à coups de hachette dans l’espoir de les voler. Après son forfait, il se rendit à Pont à Mousson, y pris le train et se réfigia à Loroy dans le Cher où il fut capturé. Jugé à Metz le 05 décembre 1860, il reconnut avoir agit seul et fut condamné à mort. Par un froid très vif, au matin du 07 janvier 1861, il fut exécuté sur la place du rempart du fort Moselle.

Le château fut habité par madame Veuve Louis, Auguste PEUPION née Louise, Emilie PORTE jusqu’à son décès le 20 juin 1933.

A partir de cette date, personne ne résidait plus au château qui demeurait dependant sous la surveillance du jardinier, Monsieur Auguste Nicolas. Une bonne partie des terres de la propriété ainsi que les dépendances et écuries du château furent vendues le 10 mars 1936.

Après ce démantelement, le bâtiment du château demeurait seul avec son colombier, ses serres, la maison du jardinier (rue des juifs) et environ 3 hectares de jardin, bosquets, taillis et brousailles. Lors de l’invasion de la RUHR en 1936, le château fut occupé durant plusieurs mois par l’armée française.

Il fut à nouveau le siège de l’Etat-Major de l’armée en septembre 1938 et à partir dela déclaration de la guerre en 1939. Dès juin 1940 l’armée allemande en prit possession et enfin les troupes américaines s’y installérent provisoirement en novembre 1944, bien que sa toiture ait été en parti endommagée par les obus.

Après la guerre les héritiers de Madame Auguste Peupion vendirent le château à la fédération des déportés Politiques pour y créer une maison de repos. La fête de Rémilly se déroula durant quelques années dans le parc ainsi que la garderie des enfants pendant les grandes vacances.

Malgré le plein succés d’une importante kermesse organisée le 20 juillet 1952 pour la restauration du château, rien ne fut réalisé. C’est alors que plusieurs entreprises de passage, titulaires d’importants chantiers dans la région, l’ont utilisé pour y héberger leurs ouvriers étrangers et installer leurs dépôts et ateliers.

A la suite de ces diverses occupations, les radiateurs de chauffage central, les marbres des cheminées et les tablettes de fenêtres, les portes, lesparquets en chêne et les fenêtres même avaient disparu.

Il ne restait plus que les murs nus et la toiture. il faut dire que celle-ci reposait sur une magistrale charpente qui prenait appui uniquement sur les quatre murs périphériques du bâtiment.

En état de délabrement complet dès l’année 1960, il fut acheté par le Groupement d’Encouragement à la Construction de la Moselle à Montigny les Metz (président : Joseph SCHAFF).

En 1962 une fabrique d’emballages et de contre plaqués s’y réfugia provisoirement durant quelques temps mais l’état des locaux rendait le bâtiment inutilisable.

Menaçant ruine il fut rasé en 1963 et permit ainsi la réalisation des travaux du lotissement "Au Parc" dès 1964.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF